Prevention

Le MAINE, un sauna engagé dans la prévention contre les IST, les MST et le VIH.
Dans toutes les cabines, des préservatifs, du gel et de quoi désinfecter les matelas à chacun de vos passages, et des brochures d'information à votre disposition au bar.

capotes

Les préservatifs

Il existe deux "familles" de préservatifs. En effet, à côté des préservatifs masculins, une nouvelle génération de préservatifs à destination des femmes a vu le jour. Ces préservatifs féminins, moins connus, présentent d'autres avantages. Le préservatif reste à ce jour le seul moyen efficace de se protéger contre le VIH et autres infections sexuellement transmissibles. Le préservatif est aussi un moyen de contraception.

Le préservatif masculin, c’est quoi ?

Pour trouver le préservatif qui vous convient, testez-en plusieurs. Il en existe de différentes tailles et pour tous les goûts (aromatisés, sans latex, etc).
L’utilisation d’un lubrifiant (ou gel) à base d’eau est recommandée. Il améliore le confort lors du rapport sexuel, évite les irritations, facilite la glisse et surtout réduit considérablement le risque de rupture du préservatif. Le lubrifiant se trouve en pharmacie, parapharmacie et dans les supermarchés. N’utilisez jamais de produits gras tels que le beurre, les produits solaires, la vaseline et crèmes diverses ; ils abîment les préservatifs, augmentent les risques de rupture, les rendent poreux.
 
Comment utiliser un préservatif masculin ?
 
• Ouvrir l’emballage sur un côté en faisant attention de ne pas déchirer le préservatif.
• Placer sur le sexe en érection en chassant l’air du réservoir.
• Dérouler jusqu’à la base du sexe.
• Mettre du gel lubrifiant si besoin.
• Se retirer avant la fin de l’érection.
• Faire un nœud et jeter à la poubelle. 

Ai-je pris un risque d'être infecté(e) par le VIH ?

Aucun risque :
  • Masturbation
  • Fellation avec préservatif
  • Anulingus (langue-anus) ou cunnilingus (langue-sexe féminin) avec carré de latex 
  • Pénétration anale (sodomie) avec préservatif et gel
  • Pénétration vaginale avec préservatif
  • Echange d’objet (sex toy) avec préservatif
Risque faible mais possible : 
  • Fellation sans préservatif et sans éjaculation
  • Echange d’objet (sex toy) sans préservatif
  • Cunnilingus (langue-sexe féminin) sans carré de latex
Risque élevé  : 
  • Pénétration vaginale sans préservatif
  • Pénétration anale (sodomie) sans préservatif
  • Fellation sans préservatif et avec éjaculation

 

En cas de rupture ou d’oubli de préservatif, de blessure ou de coupure avec un objet souillé de sang, de partage du matériel d’injection de drogues, vous pouvez suivre un traitement post-exposition (TPE) qui peut vous éviter d'être infecté par le VIH. Ce n’est pas le moment de paniquer, mais d’agir. Premier réflexe : 0 800  840  800,  numéro gratuit de sida Info Service.

Le traitement post-exposition, c’est quoi ?

Une trithérapie d’un mois qui vise à empêcher la réplication du VIH avant qu’il n’envahisse l’organisme. C’est d’autant plus efficace que ce traitement est commencé tôt : si possible dans les 4 heures, et de préférence avant 24 heures et au maximum dans les 48 heures.
L’écoutant  fera une première évaluation du risque avant d’indiquer l’adresse du service d’urgences le plus proche. 
 
Aux urgences, ça se passe comment ?
Inutile de donner les détails à l’accueil : évoquer un accident d’exposition au VIH (et le délai écoulé) doit suffire à voir un médecin rapidement, 24 h/24. Aux heures d’ouverture, on peut aussi aller dans un service spécialisé VIH. 
Si possible venez avec votre partenaire, ce qui facilitera pour le médecin l'évaluation du risque pris. Si votre partenaire est séropositif, il est préférable qu'il amène ses derniers bilans sanguins. 
 
Un traitement d'un mois pas anodin mais utile
Les services d’urgences disposent de “kits” de médicament anti-VIH pour 2 à 3 jours. Un kit vous sera donné. Ensuite, nouvelle consultation quelques jours après : un médecin spécialiste du VIH réévalue alors le bienfondé du traitement (résultats des premières analyses) et la façon dont vous le supportez. Si l’intérêt du traitement est confirmé, ordonnance pour 4 semaines. Le traitement peut avoir des effets physiques indésirables (diarrhées, nausées, fatigue, vertiges, maux de tête) qui disparaissent souvent en quelques jours. Il peut être aussi psychologiquement déstabilisant. Vos amis peuvent vous soutenir.
Attendre 1 mois après le traitement pour faire un dépistage (3 mois pour le définitif).

Charte de responsabilité

logo charte

Dépistage rapide

depistage

Liens utiles

logo Aides


logo sidainfoservice


Logo Seronet

Brochure d'informations

logo brochure

Remonter